Avec les fêtes de fin d’année derrière nous, les investisseurs se sont remis au travail sur le marché des changes lundi. Avec la volatilité contenue qui a caractérisé les marchés ces dernières semaines, nous avons observé de nouvelles tentatives pour atteindre de nouveaux plus hauts et plus bas.

L’euro a violement fluctué pour toucher un nouveau pic de l’année à la fin de 2013 face au dollar mais a plongé à un plus bas d’un mois lundi. L’EUR/USD a ensuite rebondi pour atteindre un plus haut jeudi à 1,3656. Les investisseurs sur le forex semblaient hésiter à favoriser la paire de monnaies dans les deux sens en début de semaine, en prévision de la publication du rapport clé de l’emploi US vendredi et de la décision des taux de la BCE jeudi. Les chiffres de l’emploi non-agricole (NFP) attendus vendredi ont pris encore plus d’importance après la lecture décevante de l’indice ISM du climat des affaires publié lundi qui montre que la première économie du monde pourrait ralentir et la croissance devenir inégale. Quoi qu’il en soit, les traders et les analystes attendent avec impatience le rapport de l’emploi US afin d’obtenir des indices concernant la future politique monétaire de la Fed. Un solide rapport NFP associé à une baisse du taux de chômage pourrait pousser la Fed à poursuivre, voire même à augmenter, la réduction du QE.

Le billet vert devrait continuer à trouver un support aussi longtemps que les conditions économiques continuent de favoriser les perspectives de réduction du QE3 de la Fed. En effet, l’ISM manufacturier moins positif que prévu publié lundi a mis l’USD sous pression. Cependant, vu les divergences croissantes de politique entre la Fed et d’autres principales banques centrales, l’USD devrait trouver un support à partir d’ici, si les données économiques le permettent.

Le yen reste sous pression suite aux perspectives d’assouplissement

Le yen a essuyé d’intenses pressions vers la fin 2013 et début 2014. L’USD/JPY a progressé à 105,44 au cours de la première journée de trading de l’année alors que l’EUR/JPY a touché 145,69 le 27 décembre. La devise nippone a chuté à un plus bas en plus de cinq ans face au billet vert et à la monnaie unique. Le JPY a continué de souffrir des perspectives d’assouplissement de la BoJ qui compte bien atteindre un objectif d’inflation de 2% cette année.

En début de semaine, le yen a rebondi alors que les traders ont pris quelques profits, allégeant ainsi quelque peu les pressions qui pesaient sur la devise japonaise. Mardi cependant, le JPY a une nouvelle fois pris la tangente après une évaluation concernant une hausse du stimulus monétaire. Le JPY a été mis sous pression malgré la baisse des actions asiatiques qui ont baissé proche d’un plus bas de quatre mois.

Point positif pour le JPY, les données économiques ont montré que les prix des biens durables de consommation comme les ordinateurs et les smartphones ont progressé pour la première fois depuis 1992, signe que les efforts entrepris par la BoJ pour mettre un terme à la déflation commençaient à porter leurs fruits. Quoi qu’il en soit, les perspectives pour la devise nippone restent baissières pour autant que la BoJ poursuive son programme agressif d’assouplissement.

Le swissie en perte de vitesse

Le franc suisse également a été sous pression en début de semaine alors qu’un rallye des indices européens et des bons d’Etat à plus haut rendement ont affecté la demande pour la devise helvète. L’EUR/CHF a progressé à 1,2373 au moment de la rédaction de l’article mardi, soit un plus haut depuis que la paire a atteint 1,2375 le 15 octobre 2013. Les bons d’Etat italiens et espagnols ont progressé alors que l’économie de la zone euro remonte tout comme les obligations irlandaises. Les taux ont chuté en effet à un plus bas depuis 2006 alors que le pays se prépare à faire son retour sur le marché de la dette.

Le Swissie pourrait continuer à faire face à d’intenses pressions alors que les conditions sous-jacentes au sein des principales économies s’améliorent. Un discours optimiste de la part du chef de la BCE jeudi pourrait être bénéfique à l’EUR/CHF. D’un autre côté, l’USD/CHF a rebondi après un plus bas de plusieurs mois atteint à la fin 2013 à 0,8800 et un solide rapport de l’emploi vendredi aux Etats-Unis pourrait pousser propulser encore plus haut la paire de monnaies, au-dessus de 0,9000.

L’or débute l’année sur une note positive

Le cours de l’or a débuté l’année sur une note positive après avoir testé le plus bas de l’année à la fin 2013. Jusqu’à présent cette année, le métal jaune a progressé à $1.248,50/once alors que les traders sur l’or ont saisi l’opportunité d’acheter à un prix relativement inférieur. Les perspectives sur l’or sont également étroitement liées à celles de la politique monétaire de la Fed. Encore une fois, un solide rapport de l’emploi aux Etats-Unis pourrait accroître les pressions à la vente sur le métal précieux et le faire chuter pour un nouveau est de son plus bas à $1.180,70/once.